Nicolas Gillet Visual Twt

VisualTwt, l’art du Lean Startup

visualtwt

Hommes de communication et de réseaux sociaux, les créateurs de VisualTwt avancent dans la prudence et dessinent progressivement les contours d’une offre qu’ils devinent non seulement pertinente mais aussi prometteuse. Loin de partir tête baissée dans la création d’une start-up, ils restent en permanence à l’écoute et imaginent pas à pas ce que serait l’offre idéale, en s’appuyant sur les premiers retours clients. C’est un parfait exemple de Lean Startup. L’objectif : commercialiser sous 18 mois une offre permettant de créer du lien entre une marque et son audience. Dans cette interview, l’initiateur du projet, Nicolas Gillet, nous explique ce dont il s’agit.

Que doit-on savoir de votre activité et de l’offre que vous proposez?

Aujourd’hui, VisualTwt est un outil de communication événementiel en temps réel. Il permet d’afficher de façon dynamique, sur écran, l’activité générée par un événement précis sur Twitter ; on utilise pour cela les hash tag (#) et un outil de « filtration » des messages. Bientôt, nous élargirons notre offre à Instagram et Facebook.

C’est un outil qui permet d’impliquer le public d’un événement, de multiplier son audience sur les réseaux sociaux et donc augmenter sa visibilité.

Nous avons 2 versions à proposer : le Tweet Wall simple et l’écran partagé (le Tweet Wall est affiché à côté de la présentation de l’intervenant). Une troisième version dédiée aux sites web est en cours de développement, sous la forme d’un mur communautaire.

En tant que communicants, nous avons intégré à cela la possibilité d’afficher des messages plus « publicitaires » au sein du fil partagé, toujours en temps réel. Pour terminer, l’outil permet d’extraire des statistiques et de voir en un coup d’œil la portée de l’événement sur les réseaux sociaux.

Pouvez-vous nous parlez de l’équipe ?

Nous sommes deux. Mon associé Loïc Sombart, 22 ans, actuellement étudiant à l’EXIA et dirigeant de « SublimWeb », a le profil technique. Il est en charge du développement. Je suis Nicolas Gillet, 38 ans, consultant en communication digitale. Je suis le profil commercial de l’équipe et me charge de la stratégie, du marketing, de la communication et des ventes.

D’où vous est venue l’idée de VisualTwt ?

Parmi mes autres activités, je suis Président de l’association Reims Coworking qui a organisé, il y a deux ans, la première Jelly Week. A cette occasion, nous avions cherché à mettre en place un « Tweet Wall » [ndlr : affichage dynamique, en temps réel, des messages issus de twitter grâce à des Hash Tag définis par avance, sur écran]. Nous avions alors utilisé une solution gratuite, qui s’est avérée moyenne et très insuffisante : que des textes, pas d’images, pas de modération possible. J’ai cherché sur internet pour voir les autres solutions existantes et ai pu constater qu’il n’y avait pas vraiment d’autre outil plus abouti. Même les solutions payantes ne me paraissaient pas satisfaisantes. Avec Loïc qui était en stage avec moi dans le cadre d’une précédente activité, on a eu envie d’imaginer à quoi pourrait ressembler la solution « idéale ». Et nous avons réussi à dessiner et développer une solution qui répondait aux besoins que nous avions identifiés. Puis Loïc est reparti dans son cursus et moi dans mon quotidien de chef d’entreprise. Nous n’avons pas cherché à commercialiser l’outil et il est resté en veille.

Pourquoi l’avoir sorti de ses cartons ? Et où en êtes-vous ?

Il y a quelques semaines, fin 2014, un client potentiel, groupe bancaire régional, crée la surprise et me contacte en m’expliquant qu’il cherche une solution d’affichage dynamique de son activité sociale dans les agences et qu’il a entendu parler de VisualTwt par une connaissance commune. Le signe qu’il fallait ressortir le projet de sa boîte. D’autant que la semaine d’après, ce fut le tour de Néoma Business School, puis du VITeff, qui recherchaient le même type de prestations, dans un cadre plus événementiel. Etant fort intégré dans les réseaux locaux, ils ont pensé à moi et à cette solution qu’ils avaient pu identifier il y a 2 ans.

Alors, constatant qu’un marché semblait se dessiner, j’ai proposé à Loïc de relancer le projet et de vérifier ses potentialités commerciales. Pour diverses raisons, nous souhaitons avancer prudemment : nous restons ainsi dans le cadre d’un projet dans un premier temps, nous validons le concept et l’adaptons au marché avant, si cela s’avérait profitable, de créer une start-up dédiée. C’est typiquement la méthodologie Lean, qui propose finalement de co-construire l’offre avec le marché potentiel, la tester, valider, avant de se lancer.

Nous avons donc défini une stratégie d’avancement en 3 grandes phases :

  • Durant les 6 premiers mois, janvier à juin 2015, on confronte le produit aux clients test (et spontanés). Cette phase permet d’écouter et valider les besoins réels, ceux auxquels nous nous proposons de répondre. Le client nous challenge avec ses besoins et nous lui proposons des solutions adaptées. A chaque fois nous débriefons évidemment avec lui. Notre objectif au bout des 6 mois : packager une offre qui coïncide avec un besoin réel, et compter 1 client : nous en avons déjà 3 !
  • Au cours du deuxième semestre 2015, nous allons nous attacher au développement technique de l’offre qui aura ainsi été dessinée. Ce sont les premiers pas vers son industrialisation, avec un outil gérable en autonomie : inscription en ligne, personnalisation de l’interface, etc.
  • Objectif de la dernière phase, estimée aux 6 premiers mois de 2016 : rendre notre business « scalable ». Cohérent avec notre méthodologie « Lean », nous ne déciderons d’investir qu’avec ce dont nous disposons. Si les chiffres et retours clients le justifient, alors nous créerons l’entreprise et lancerons les levées de fonds nécessaires pour investir et développer largement le business et l’offre.

Quelle est votre cible exactement ?

Par définition, toutes les entreprises sont nos prospects. Mais bien évidemment, nos « early adopters » sont les entreprises déjà très actives sur les réseaux sociaux, qui mettent ces derniers au cœur de leur stratégie de communication et d’interaction avec leur communauté. Les « community managers » sont nos prescripteurs et la clef d’entrée chez le client.

Pourquoi Reims pour votre vie de chef d’entreprise ?

Il sera toujours plus facile pour une start-up de se faire connaitre à Reims plutôt qu’à Paris. Tout simplement parce qu’il y en a évidemment moins à Reims qu’à Paris : et cela nous va bien ! Cela permet d’avoir accès très rapidement aux structures d’accompagnement, aux journalistes, aux grands groupes, aux investisseurs… et d’en être connus, et ce personnellement. Aujourd’hui je connais et côtoie non seulement les chargés de mission qui suivent les porteurs de projet du début à la fin, mais aussi les responsables de ces structures qui connaissent tous les entrepreneurs et ont avec eux de vraies relations humaines, de proximité. A Reims, on n’est pas un numéro.

Autre avantage et non des moindres pour un startuper qui lance sa boîte, Reims est largement moins chère que Paris pour se loger et pour vivre. Les frais sont jusque 10 fois inférieurs sur certains postes. C’est sans commune mesure… à seulement 45 minutes de la capitale pourtant…

Je suis né à Reims et j’y suis très attaché. La preuve par mon activité associative au-delà de mon entreprise… Reims est une très belle ville, très active culturellement, dynamique, jeune. Il y a de nombreuses associations, et énormément de choses à faire. Il y fait tout simplement bon vivre !

Vous êtes accompagné par Innovact Center : que pouvez-vous nous dire à ce sujet ?

Label_InnovactCenter

Mes liens avec Innovact Center sont multiples !

D’abord, nous sommes voisins par La Capsule [ndlr : l’espace de coworking géré par Reims Coworking partage le 4e étage de la CCI avec Innovact Center] et Innovact Center est un partenaire privilégié de Reims Coworking. Innovact Center est aussi mon client !

Nous nous connaissions déjà dans le cadre de ma précédente start-up. Je connaissais chacun des membres de l’équipe dans le cadre de leurs fonctions précédentes. Quand j’ai voulu lancer le projet VisualTwt, il m’a semblé indispensable d’aller me confronter à leurs regards. Ils ont su m’apporter un regard extérieur objectif et neutre qu’on ne peut pas trouver chez un proche par exemple. La qualité et la diversité des ateliers qui nous sont proposés est indéniable. Je trouve très intéressant le fait de nous obliger à nous poser quelques heures sur nos projets, car ce sont des choses qu’on ne fait pas de nous-mêmes. Ces événements nous permettent aussi de rencontrer les autres start-up, de partager les expériences, bonnes pratiques, bons plans, conseils et connaissances. Ce qui m’a été très favorable enfin, c’est que nous sommes accueillis et accompagnés quel que soit le stade d’avancement du projet. L’accompagnement par Innovact Center n’est pas conditionné à la présentation d’un business plan mais au contraire, on nous aide à l’écrire. Et tout ce travail se fait de manière très simple et réactive, à l’image de nos start-up.

Pour contacter VisualTwt : contact(a)visualtwt.com et le site web : www.visualtwt.com.